EXPERTISE

Développer les compétences nécessaires pour vous accompagner dans vos projets.

TPE/PME

Artisans/Commerçants

Grands comptes

Collectivités

GROUPE

Une expérience de près de 30 ans dans le secteur de la sécurité.

Présentation

Histoire

Entreprises du groupe

Nos partenaires

EQUIPES

Des équipes dévouées pour trouver la solution la plus adaptée à vos besoins.

Effectifs

Valeurs

Recrutement

ACTUALITÉS

Retrouvez toutes les actualités du groupe Finalease Group Security

Article à la une

Toute notre actualité

Sur le fil, équilibre entre sécurité et vie privée à l’ère de la vidéoprotection intelligente.

23/02/24
Par Anissa Ben Taleb

Dans un monde où la surveillance est devenue la norme, se pose la question fondamentale de la vie privée. L’essor des caméras dites « augmentées » ou « intelligentes » soulève des inquiétudes croissantes et un besoin de clarification des devoirs des entreprises et administrations et des droits citoyens.

La CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) a récemment publié sa position sur l’usage de ces technologies.

Ces caméras intelligentes intègrent des logiciels d’analyse automatisée d’images, qui vont bien au-delà de la simple surveillance. Elles peuvent compter les personnes, analyser des caractéristiques comme le port du masque et détecter des comportements suspects (regroupement d’individus, mouvements de foule, objet abandonné etc). L’analyse automatique se fait en temps réel, permettant une réponse plus rapide aux incidents, en prévenant immédiatement les forces de l’ordre ou les personnes en charge de la sécurité de l’espace.

La CNIL insiste sur la nécessité de fixer une réglementation à l’utilisation de ces caméras, pour notamment éviter une « notation » des individus – comme en Chine.

Leur utilisation généralisée dans les espaces publics risque d’entraîner une surveillance de masse et à terme de modifier les comportements des individus.

Elle rappelle que la loi française actuelle n’autorise pas leur utilisation pour la détection d’infractions, sauf par le biais d’une loi spécifique avec des garanties adéquates.

Les avancées de l’IA permettent de préserver l’anonymat des individus dans les enregistrements vidéo : les données personnelles peuvent être extraites tout en garantissant la confidentialité, en se concentrant sur les comportements suspects plutôt que sur l’identification des individus.

Grâce aux systèmes de chiffrement et de confidentialité, seules les personnes autorisées peuvent accéder aux données enregistrées.

CONCLUSION.

La vidéoprotection intelligente alimentée par l’intelligence artificielle offre des avantages significatifs pour la sécurité publique, mais nécessite une réglementation rigoureuse afin de protéger la vie privée des individus. Équilibrer efficacement ces préoccupations est essentiel pour garantir la sécurité tout en respectant les droits fondamentaux.